Des plantes (semi-)aquatiques sur liste noire

L’Union européenne a adopté officiellement en juillet dernier une liste de 37 espèces exotiques envahissantes, dont l’importation, la vente, l’échange, la production, la détention, le transport et l’introduction dans la nature sont aujourd’hui interdits[1]. Parmi celles-ci figurent 8 espèces de plantes aquatiques ou semi-aquatiques provenant du continent nord ou sud-américain (voir tableau). Heureusement pour l’aquariophile, ces espèces peuvent être facilement remplacées par d’autres plantes oxygénantes moins envahissantes comme le cératophylle épineux, le myriophylle en épis ou, pour les plans d’eau, le potamot luisant.

[1] La liste fait référence au Règlement (UE) n°1143/2014 relatif à la prévention et à la gestion des espèces exotiques envahissantes. Les obligations y relatives s’appliquent depuis le 13 août 2016.

Liste des plantes (semi-)aquatiques envahissantes

Nom françaisNom scientifiqueOrigine
Cabomba de CarolineCabomba carolinianaAmérique du Nord
Elodée à feuilles alternesLagarosiphon majorAmérique du Nord
Hydrocotyle fausse renonculeHydrocotyle ranunculoidesAmérique du Nord
Jacinthe d’eauEichhornia crassipesAmérique du Sud
Jussie à grandes fleursLudwigia grandifloraAmérique du Sud
Jussie rampanteLudwigia repensAmérique du Sud
Lysichite jaune (faux arum)Lysichiton americanusAmérique du Nord
Myriophylle du BrésilMyriophyllum aquaticumAmérique du Sud

NDLR : Une erreur s’est glissée dans le tableau. Le nom scientifique de la Jussie rampante est Ludwigia Peploide. Information de E. Branquart communiquée par email le 2 mars 2017.

Les personnes détenant ces plantes sont invitées à les détruire en les déposant au parc à conteneurs ou en les compostant à l’écart des pièces d’eau ou des zones humides. Elles peuvent être éliminées des mares et des étangs en pratiquant un arrachage minutieux et répété dans le temps. Dans le cas des plans d’eau en contact direct avec un cours d’eau, il faut absolument veiller à éviter que des fragments ne puissent être emportés par les flots lors des travaux d’arrachage.

 

Ce qu’il faut retenir:

  • Huit espèces de plantes (semi-)aquatiques viennent d’être reprises sur la liste des espèces exotiques envahissantes de préoccupation européenne
  • La vente, l’échange, la production, la détention, l’utilisation et l’introduction dans la nature de ces espèces sont désormais interdites
  • Ces plantes peuvent être déposées au parc à conteneurs de votre commune ou détruites par compostage à l’écart des plans d’eau et des zones humides
  • Il est interdit de s’en débarrasser dans les cours d’eau et les milieux naturels
  • Leur présence dans un plan d’eau doit être signalée sur le portail d’encodage de la Cellule interdépartementale Espèces invasives

 

Je remercie la cellule interdépartementale des espèces invasives et le responsable de l’ICAIF pour l’autorisation de reproduction. Découvrez l’intégralité de article sur la revue Aquafauna, ceci étant une reproduction partielle.

Source : Aquafauna n°146 février 2017, édité par l’ICAIF
Extraits de l’article « Des plantes aquatiques sur liste noire : adieu lagarosiphon, cabomba et autres jussies »
Auteurs E. Branquart, C. Prévot et I. Caignet, cellule interdépartementale Espèces invasives, Service public de Wallonie.


Ces articles peuvent vous intéresser :

De nouvelles plantes (semi-)aquatiques envahissantes

Laisser un commentaire